Qui suis –je ?

Travail sur le portrait

Se présenter physiquement et psychologiquement en sélectionnant des éléments essentiels et marquants

Présenter brièvement ses goûts : ce qui vous passionne, ce que vous détestez par-dessus tout – n’hésitez pas à adopter un certain recul et à faire preuve d’humour

Rassembler toutes les informations capitales qui permettront par la suite de confirmer, dans vos choix et dans votre récit, la tendance, l’orientation que vous avez voulu donner à votre portrait .

 

"Phileas Fogg était de ces gens mathématiquement exacts, qui, jamais pressés et toujours prêts, sont économes de leurs pas et de leurs mouvements. Il ne faisait pas une enjambée de trop, allant toujours par le plus court. Il ne perdait pas un regard au plafond. Il ne se permettait aucun geste superflu. On ne l'avait jamais vu ému ni troublé. C'était l'homme le moins hâté du monde, mais il arrivait toujours à temps. Toutefois, on comprendra qu'il vécût seul et pour ainsi dire en dehors de toute relation sociale. Il savait que dans la vie il faut faire la part des frottements, et comme les frottements retardent, il ne se frottait à per­sonne."

Vues : 657

Réponses à cette discussion

Je commence par me présenter, je m'appelle Imane DAOUD, je suis algérienne, j'ai 22ans ,j'étudie en Roumanie à la faculté des langues étrangères en deuxième année, en effet, j'étais en profil scientifique et je n'avais aucune relation avec la littérature mais  après avoir une fois assisté à un cours de littérature avec une copine toutes mes idéesont changé en ce qui concerne ce domaine, j'ai renoncé à mes études en sciences de la terre et de l'univers pour me lancer dans celles des langues étrangères, comme première impression je l'ai regretté surtout en pensant que j'avais perdu trois ans pour rien mais une fois que j'ai commencé mes leçons tout a changé, j'ai commencé à fréquenter la bibliothèque pour lire des livres, je profite de chaque minute de ma vie, le temps est devenu très cher pour moi, je suis très satisfaite de mon choix.

Je suis une jeune fille ni grande ni petite ni grosse ni maigre, aux cheveux longs et de couleur châtain foncé, aux yeux marron, tout le temps souriante même si je suis fâchée.

Sur mon  comportement, on  dit toujours que je suis une personne dure, très franche, peut être je suis devenue une personne difficile car j'ai quitté mon payer depuis l'age de 18ans, et j'ai du prendre ma responsabilté toute jeune je suis partie à l'époque au Luxembourg où je suis restée 2 ans  et après je suis  allée  en Roumanie jusqu'à aujourd'hui, maintenant je parle l'arabe ma langue maternelle, le français comme 2eme langue, l'anglais, le roumain, et je connais quelques notions d'allemand.

Je suis très intéressée par les cultures et les civilisations des pays du passé jusqu'au présent. J'aime voyager ,découvrir ce que possède ce monde, j'aime la lecture, les langues latines, je vais apprendre toutes les langues latines après que je finis ma faculté.

     Je suis un homme japonais, j’ai  donc  les cheveux noirs et le visage asiatique. Pour ma caractéristique physique… rien de particulier car je suis une personne de taille et de corpulence vraiment moyenne. Pour mon passe-temps favori,  je fais  beaucoup de sports en dilettante ; de l’escrime, de l’équitation et de la plongée. Pour ces activités, j’y  consacre bien du temps.  

    A propos de mon caractère, je suis studieux et sérieux. Par contre, selon certains, je suis trop sérieux et je manque de fantaisie. Personnellement, je n’estime pas de tout  que la fantaisie me manque. En plus, j’aime bien mener ma vie au gré des caprices  et de mes études. En effet, il m’a souvent pris la fantaisie de partir en voyage et le réaliser tout de suite. Il m’est souvent arrivé de visiter des pays étrangers capricieusement, mais je suis capable de faire un projet pour le séjour rapidement après mon arrivée à  destination parce que je peux parler plusieurs langues ; le japonais, l’anglais, le chinois, un peu du russe et, bien sûr, le français. Si je ne pouvais pas utiliser ces langues, il serait vraiment difficile de recueillir des informations dont j’ai besoin pour faire le plan et m’amuser efficacement  sur les lieux. En considérant cela, je crois que c’est mon caractère, autrement dit, mon attitude sérieuse et studieuse à l’égard de mes études qui me permet d’être un peu capricieux.

     Pendant très longtemps, je ne savais pas qui j'étais.  Parmi les coréens, je me sentais américaine; parmi les américains, je me sentais coréenne.  A côté des hommes, je me sentais femme; à côté des femmes, je me sentais homme.  Je ne savais pas non plus les raisons pour lesquelles j'étais entraînée dans ce monde.  J'avais tellement d'envies pour tout que mes envies m’enfermaient dans une bulle de rêves et je ne voyais pas la sortie vers mon chemin.  J'avais pensé qu'à l'âge de 40ans on se connaît très bien soi-même, mais je suis la preuve que l'on peut être encore perdu à l'âge de 40ans dans les dichotomies et la dualité d'identité, le thème de ma vie.  

Je n’écoute pas la musique coréenne.  Je ne mange pas de riz.  Je ne regarde pas les séries télés coréennes.  Je n'ai aucun ami coréen.  Je ne lis jamais en coréen.  Je ne réfléchis jamais en coréen.  Je ne vais jamais en Corée.  La langue coréenne, je la place tout en bas de l'échelle de mes langues préférées.

En revanche, je parle uniquement le coréen avec ma mère.  Les seules fois où je m'oblige à écrire en coréen,c'est pour ma mère, notamment pour la fête des mères, son anniversaire, Noël ou les occasions dont les buts sont de collecter l'argent dans la famille.  Je pratique la version coréenne d'amour, pas la version américaine.  Je veux aimer et être aimée comme une coréenne, pas comme une américaine.  J'emploie, sans faire exprès, la notion coréenne de l'argent, pas l'américaine qui démarque clairement une différence entre "le tien" et "le mien".  Je donne comme une coréenne, c'est-à-dire, sans compter et sans cesse, avec le cœur sur la main.  Cette habitude excessive de "donner" est tellement grave que je me diagnostique une maladie qui s'appelle "l'excessive gentillesse aléatoire."  Ma mère, elle a trois restaurants mais elle ne gagne jamais d'argent: elle donne trop, elle fait trop de cadeaux.  En général, on aime bien recevoir des choses gratuitement, mais ma mère aime bien donner gratuitement.

Je suis un homme comme ma mère.  Agressif, extrême, tout ou rien, addictif, bruyant, dur, téméraire, audacieux, maladroit, effronté, colérique, impatient et fou comme un enfant qui s'en fiche de la falaise à la fin de la rue où il marche en savourant le suspens d'une possible chute.  Avoir le contrôle et être un protecteur et pas une protégée, être celui qui donne et pas celle qui reçoit, m'entraîner à fond comme un homme et me battre contre les hommes, alors que la seule fois où j'ai peur est à côté d'une femme. Vous vous imaginez tous les adjectifs qui nomment "trop," "au-delà," "fous," "jusqu'au bout," et "sans frontières" si vous êtes encore intéressé pour continuer à lire les lignes suivantes.

"Excessive," "impulsive," "obsessive" et "compulsive," quoi d'autre...  Je suis toujours en retard pour tout sous le prétexte d'être trop organisée.  C'est difficile de partir de chez moi si tout n'est pas parfait: la vaisselle est faite; le lit est fait; tout est à sa place; mes vêtements de sport sont sélectionnés et posés à côté du pyjama de ce soir; les linges sont faits chaque samedi; les repas sont tous préparés dans les boîtes en plastique pour toute la semaine; les "To-Do" du jour sont écrits et affichés sur le mur; lire quotidiennement tous les post-it affichés partout dans mon appartement prend plus de temps qu’exécuter leurs tâches.  Tout est écrit partout.  Tout dans le monde entier existe pour terminer sur un papier chez moi.  Il y a une horloge et un calendrier sur chaque mur.  Pourtant, je suis toujours en retard.  Un calendrier pour noter mon poids du matin, un autre pour noter mon entraînement quotidien, un autre pour noter les heures où je me lève et je me couche, un autre pour noter avec qui je passe chaque week-end et mes activités, un autre pour noter mes buts, un autre pour noter les jours où je regrette mon comportement....  Et puis, tous les cahiers... un cahier où je note chaque centime que je dépense dont "les gaspillages et les erreurs financières sont soulignés en rose et orange avec des XXX en rouge, un cahier d'entraînement où je note les kilomètres que je cours et les types d'entraînement en musculation, un cahier où je parle de moi transparent afin de discipliner mon être, un autre cahier....

Au contraire, je suis une femme.  J'aime mes seins, ma peau, ma coiffure carré plongeant, les jupes, les belles robes, mes bijoux discrets, subtiles mais jolis et ma sensibilité d'être blessée si facilement par un commentaire tel que "tu es un homme."  J'aime mon rôle de prendre soin de quelqu'un méticuleusement et systématiquement, de me cacher derrière un homme qui cherche le statut, le pouvoir, la dignité et les capitaux sociaux tout en étant la vraie source et le secret du gagne-pain.  J'aime le pouvoir d'un deuxième sexe qui m'appelle pour un rôle de mère.

Alors, après toutes ses dualités, quelle tronche imaginez-vous que j'ai?

Musclée.  En France, je ne peux pas porter une mini-jupe ou un short; plutôt les femmes regardent mes gros mollets et les cuisses découpées avec un regard qui me marginalise.  Mais, je m'en fous, je veux devenir musclée comme Arnold dans les époques de Terminator.  

Pas de fesses.  Imaginez-vous une petite asiatique de 152 cm avec des grosses cuisses, de gros mollets attachés aux fesses toutes plates comme des assiettes et des biceps que Dieu a oublié de me dessiner.  

           

                            

                 

              

Petit colombien né le 30 Novembre 1991 qui après un énorme risque de mourir avant le sixième mois de gestation, est arrivé sans aucun problème. Il était le cadeau le plus lourd jamais reçu par sa mère: 3,5 kilogrammes! Le troisième de quatre fils était déjà le plus grand et le plus gros de la famille.

Très foncé, presque noir, le petit potelé regardait avec ses yeux marron les grands yeux verts de sa maman. Il était comme une petite tâche de rousseur à côté d’elle. La reine blanche et blonde devait nourrir son bébé plus de sept fois par jour car ilne faisait que pleurer. 

Quelques temps après, la différence physique entre lui et sa mère était hyper évidente. Mais leur caractère était très similaire; tous les deux, d’une part, amicaux, aimables, intelligents, responsables et courageux et d’autre part, méfiants, têtus et trop sensibles. On est entièrement sûr qu’il était physiquement comme son père et psychologiquement comme sa mère. 

Depuis très petit il aimait apprendre des choses toujours différentes mais vivantes et dynamiques. Passionné par la musique et les langues, il a découvert qu’il avait un talent spécial au moment de s’exprimer et de partager ses sentiments avec les autres. Il ne le faisait pas parfaitement mais toujours avec son cœur. En conséquence, il n’était jamais tout seul.

  

Son premier instrument musical, une petite flûte donnée par sa mère, avec laquelle il jouait ses mélodies préférées a déclenché une passion immense pour la musique… celle considérée comme la langue la plus belle du monde.

Il avait découvert la beauté et la perfection dans la musique. Donc, il a essayé aussi des différents instruments comme le piano, le violon, la trompète, la guitare et la batterie.  Chaque instrument unique et beau lui permettait de s’exprimer d’une façon  particulière et profonde.

La diversité culturelle; ajoutée à chaque langue vivante, lui donnait une motivation pour apprendre toutes les langues connues. Il aimait tout ce qui était nouveau et beau.

Pour cette raison, il a décidé d’étudier des langues étrangères; anglais et français professionnellement, mais aussi, italien, portugais, allemand, chinois et arabe pour initiative et passion propre. Il aimait la pédagogie autant que les langues, ces deux passions étaient sa vie.

 

Bravo et merci pour tous ces beaux portraits savoureux et agréables à lire!

Je suis une fille grande de 174cm. Je parais taciturne et calme. De plus, je fais souvent la grimace; c'est pourquoi les gens qui me voient la première fois pensent que je suis timide. En effet, quand je rencontre un inconnu, je ne maîtrise pas mes phrases, donc, je ne parle pas beaucoup. En plus, à cause de ma mauvaise vision , je ne vois pas bien sans faire la grimace. En vérité, je suis très animée et je rigole beaucoup. Alors, je bouge théâtralement comme une actrice et c'est pour ça que je me mets des vêtements confortables, par exemple, le T-shirt, le pantalon, la veste etc. Bien sûr, tous sont larges. Je ne porte jamais de jupe, de robe et de blouse mais je les note toujours sur la liste de shopping. Je donne un coup d'œil à toutes les boutiques en marchant dans la rue ainsi qu' à tous les objets et toutes les personnes. Or, je ne marche pas longtemps. J'ai l'air motivée et passionnée cependant, je ne cache pas la fatigue évoquée par le sport et le travail.

Je suis une fille grande de 174cm. Je parais taciturne et calme. De plus, je fais souvent la grimace; c'est pourquoi les gens qui me voient la première fois pensent que je suis timide. En effet, quand je rencontre un inconnu, je ne maîtrise pas mes phrases, donc, je ne parle pas beaucoup. En plus, à cause de ma mauvaise vision , je ne vois pas bien sans faire la grimace. En vérité, je suis très animée et je rigole beaucoup. Alors, je bouge théâtralement comme une actrice et c'est pour ça que je me mets des vêtements confortables, par exemple, le T-shirt, le pantalon, la veste etc. Bien sûr, tous sont larges. Je ne porte jamais de jupe, de robe et de blouse mais je les note toujours sur la liste de shopping. Je donne un coup d'œil à toutes les boutiques en marchant dans la rue ainsi qu' à tous les objets et toutes les personnes. Or, je ne marche pas longtemps. J'ai l'air motivée et passionnée cependant, je ne cache pas la fatigue évoquée par le sport et le travail.

Moi, une fille de taille moyenne, aux cheveux pas si longs ni courts, aux yeux pas si grands ni petits. Dans une crise d'identité, je viens d'un pays géographiquement située en Asie, pourtant teinté culturellement latino. C'est pour cela que l'on est nommé "les frères perdus de l'Amérique Latine". De surcroit, je suis née moitié chinoise. Ainsi, une fille au physique moyen et de culture mélangée, mais d'une grande personnalité unique.

Souriante et expressive, un esprit aimable vit en moi: honnête et franche, parfois au point de manquer de tact. Ouverte, aventureuse, brave, et toujours partante pour essayer de nouvelles expériences, parfois mes amis croient qu'ils sont amis avec une folle. Je ne le renie pas car la vie propose des expériences folles dont on doit bien profiter.

Une routarde toujours curieuse, le voyage me fait plaisir. Un avion toujours rempli de pétrole, je ne cesse pas de penser au prochain voyage bien que je vienne d'atterrir.

Une chanson éternelle, la musique est une grande partie de moi. Les mélodies restent dans ma tête et souvent, par malchance pour mes voisins, ils sortent de ma bouche dans un concert lowcost de Beyoncé mal incarné.

Voici, moi, la folle bruyante qui, à la première approche, est moyenne, mais profondément plus que cela.

    

Moi, une étudiante japonaise à l'Alliance Française, je m'appelle Asako.  Mon nom signifie l'enfant du matin, mais pas seulement car je suis née le matin, mais également car mes parents souhaitaient que je puisse  me réveiller chaque jour en remerciant et vivant précieusement (attentivement) une journée.  

Ayant un visage un peu ronde, aux cheveux noirs, aux yeux bruns, et  le menton rond, j'ai le teint qui souvent tourne au rose quand je dois m' exposer face à des gens, . Un peu petite, mes épaules sont tombantes, ce qui est bien pour porter un Kimono, un vêtement traditionnel, mais ce qui est mauvais pour porter un sac en bandoulière. En effet, mon style préféré est le jean ou le pantalon.

Certains me considèrent comme un être un peu ponctuel, cependant je suis souvent tant étourdie que j'oublie mes clés chez moi. Tout en essayant d'être sociable, je suis tellement timide que les connaissances me conseillent de bavarder avec la voix la plus forte.

Je m'appelle SuHyeon, je viens de Corée.

Je suis une fille de petite taille aux yeux marrons et aux cheveux bruns foncés.

Une étudiante qui va bientôt commencer le semestre en France à Lyon en sociologie.

J'étais soulagée d'avoir été acceptée par mon université.

ça fait plus d' un an que j'habite à Lyon maintenant je suis assez bien accomodé à la vie de lyonnaise (sauf la guillotière).

Je ne suis pas vraiment bavarde mais j'aime bien parler avec mes amis proches, en prenant une bière; c'est super cool.

Je parle coréen bien sûr, chinois, français et un peu d'anglais. Souvent on m'a dit que c'est rare d'apprendre le français avant d'anglais :)

Je trouve que je suis forte en langue parce que même si j'avais pas fait beaucoup d' efforts par rapport aux autres, j'ai quand même progressé un peu plus que mes collègues. C'était la chance(qui ne marche plus maintenant...). Peut-être c'est parce que j'aime bien parler et surtout écouter .

J'ai commencé à apprendre les langues plutôt dans d' autres pays. Le français, je parlais que bonjour et merci, je suis arrivée directement en France sans connaître une personne sans parler l' anglais non plus. Quelle courageuse! Je ne me souviens même plus comment je pouvais  faire tout ça.

Je suis sociable, j'aime bien rencontrer des gens, passer une soirée ensemble et découvrir des nouvelles.

Je m'appelle Tomasz, j’ai vingt-neuf ans et si j’ai de la chance, trente dans un mois, et si non, bon, c’est la vie. Je viens de Pologne, mais je ne suis pas considéré comme  polonais par les autres Polonais, car je suis un athée et je ne bois pas beaucoup.

Est ce que vous connaissiez Woody Allen? Franchement, je ne lui ressemble pas, mais nous avons quelques caractéristiques en commun. Je porte des lunettes quand c'est nécessaire et malheureusement c’est nécessaire tout le temps. Comme lui, je me bats toujours avec le coiffeur et en effet, mais cheveux sont en désordre.

Je suis de grande taille et à cause de cela, parfois c'est un peu difficile de respirer, quand il n’y a pas beaucoup d’air dans la stratosphère.

Celibataire par choix, plutôt par le choix des femmes, mais je les comprends, c'est difficile de s’occuper d’un enfant.

Je suis un grand ami de mon corps, donc je ne le force pas à faire les bêtises comme du sport, aussi, par l’opinion de ma mère et mes tantes je suis un beau gentleman, et cela me suffit, pas vraiment, mais j’ai été forcé d'écrire cela.

C’est évidemment que je possède une attitude mûre et je ne rigole jamais. J’adore voyager comme tout le monde et je suis fasciné par l’ignorance.

RSS

© 2018   Créé par Fabienne GUILLOT.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation